Loading

Comment s’habiller sans nuire à la planète? Depuis que l’année 2016 est finie et que je m’autorise à racheter des vêtements, cette question me tarabuste – et m’empêche d’acheter des fringues, j’avoue. A ma question de départ, Béa Johnson répondrait du tac au tac en achetant en friperies et magasins de seconde main. J’ai essayé, je le jure, mais j’ai butté sur plusieurs obstacles rédhibitoires:

  • Mon année sans shopping m’a fait prendre conscience que je DETESTE faire du shopping, essayer, déprimer, reposer en rayon et recommencer. Or, chiner en magasin de seconde main, ce n’est que ça: parcourir des kilomètres de rayons à la recherche d’un truc qui correspondra à mes goûts en ce qui concerne à la fois la couleur, la matière, la coupe… et la taille, évidemment. Parce que oui, il m’est arrivé de trouver la pièce trop belle… et de ne pas arriver à la fermer. J’ai souvent l’impression, dans les magasins de seconde main, qu’il est super facile de trouver des trucs en nylon des années 80, ou des petites pièces en taille 36, mais qu’ils n’offrent quasi rien qui matche avec mes goûts.
  • Parce que oui, quand tu réfléchis vraiment à ce que tu portes, quand tu prends le temps d’analyser les matières que tu aimes et dans lesquelles tu te sens bien, tu ne risques pas, une fois retrouvé la liberté d’acheter, de te ruer sur toutes ces matières dont tu t’es débarrassé.e. En ce qui me concerne, je me sens particulièrement à l’aise dans des matières naturelles (coton, lin, soie, laine);
  • Et puis je veux être une actrice de mon temps, une consomm’actrice. Je veux signifier par mes achats que je ne cautionne pas les conditions de travail proches de l’esclavage, la pollution du sol, de l’air et des cours d’eau, la surconsommation effrénée de vêtements qui ne seront parfois même pas mis avant d’être jetés ou donnés (je le sais, je l’ai déjà fait moi-même…). Je veux soutenir ceux qui font le choix et l’effort de créer et faire produire des vêtements pas trop loin de chez moi, en payant les gens au juste prix pour un savoir-faire valorisé.

J’ai conscience, aussi, que choisir les “bonnes” marques, celles qui ne font pas du greenwashing, celles qui réellement réfléchissent à la récup’, à l’environnement, qui utilisent des matières premières respectueuses et tout, ça demande d’être super informé.e, et ça suppose donc de faire pas mal de recherches pour s’assurer que les marques sont cleans.

 

Et c’est là qu’il existe un petit miracle: ce raisonnement, cette réflexion, des filles les ont déjà menés. En décembre, j’ai rencontré par hasard (mais y a-t-il vraiment des hasards, hein?) Héléna et Séléné, qui portent le projet Wonderloop. Héléna, elle est partie du même constat que moi (“la seconde main, moui bof, mais comment s’assurer que mes vêtements soient fabriqués dans de bonnes conditions?”), et elle a imaginé une boutique où toutes les références seraient éthiques et locales. Des fringues made in Europe ou selon des standards de qualité (des conditions de travail et environnementales) exigeants. Le projet, c’est même qu’on puisse identifier, d’un coup d’oeil sur l’étiquette, l’origine de la pièce, ses matières et tout et tout.

Il y a des vêtements pour femmes et pour hommes, des accessoires, des chaussures, tout produit de manière éthique et respectueuse de l’environnement. Parmi les marques proposées, Veja, Wear a Story, JRRM, PeopleTree, Dedicated ou encore 3QUARTERS.

Au début, Héléna et Séléné ont fonctionné avec des pop up stores et des stands dans des événements (c’est comme ça que je les ai rencontrées, d’ailleurs), mais la bonne nouvelle, c’est qu’elles ouvrent très bientôt – le 15 mai!! – une boutique permanente dans le centre de Bruxelles, dans cette rue de Flandres vibrante de bonne énergie (et accessoirement tout près de mon boulot, je suis extatique).

J’avoue, je suis ravie de savoir que j’aurai bientôt, à proximité, une offre de vêtements éthiques et éco-responsables, pour un prix raisonnable, si jamais il me prenait le besoin d’ajouter l’une ou l’autre pièce à ma garde-robe. Good luck, les filles!

 

infos photos:

Modèles: Pierre Gervais et Charlotte Leblé

Photo Charlotte: Robe People Tree

Photo Pierre: Chaussures Panafrica, Short et T-shirt Dedicated, Sac 3Quarters

Photo Pierre+Charlotte: Robe et Chemise ArmedAngels (le jean est à Pierre)

About Author

Leave a Comment

[instagram-feed showbutton=false showfollow=false num=8 cols=8 imagepadding=0]