Loading

Tu te souviens peut-être: au fur et à mesure que j’avançais dans mon défi “sans shopping”, je me délestais de mes produit de beauté et de soin. Progressivement, j’ai laissé tomber le vernis, le maquillage, les scrubs-qui-rendent-la-peau-si-douce et les crèmes de jour-qui-te-font-paraître-dix-ans-plus-jeune (même si, pour celles-là, je n’ai jamais été très assidue). J’ai appris à m’aimer (avec la peau) toute nue et je continue à cultiver cette… quoi? Bienveillance? Authenticité? Les deux, sans doute.

 

Si j’ai arrêté de me précipiter sur chaque couleur de vernis vantée par la moindre blogueuse ou sur ZE rouge que tout le monde doit avoir, c’est évidemment pour réduire ma consommation et mes déchets, mais il y a une raison plus profonde aussi. Autant je trouve qu’il est “facile” d’identifier les vêtements fabriqués dans des conditions non-éthiques et non respectueuses de l’environnement, autant c’est beaucoup plus flou en ce qui concerne les cosmétiques et les soins.

Alors j’ai bien une idée sur le fait qu’acheter des produits L’Oréal va surtout enrichir une des familles les plus riches du monde, mais pour le reste, j’avoue rester un peu conne, notamment devant la composition des produits. Il faut dire que c’est presque une langue en soi, ou une matière scientifique, et il faut avoir le temps et la passion de s’y consacrer pour commencer à s’y retrouver. Moi, j’arrive déjà pas à approfondir mes maigres connaissances en suédois (Jag talar lite svenska, en fait).

 

Et tu sais quoi? Je connais une fille qui s’est plongée dans tous ces composants de produits, qui les a étudiés pour n’en retenir que les plus clean et les plus respectueux (de la peau, de l’environnement, des animaux). Elle s’appelle Daphné Van Grieken, elle habite à Bruxelles, et ce qu’elle avait commencé pour elle-même s’est petit à petit transformé en un webshop où ses amies, et ses clientes, peuvent trouver des produits (maquillage, soins, etc.) garantis vegan et les plus respectueux possibles.

La première fois que j’ai entendu parler de GreenMeow, c’était chez Laura, et je me suis dit que la démarche était intéressante. Alors quand j’ai eu besoin de crème solaire pour partir à Bali ( B-) ) et puis d’huile démaquillante, aussi, ça n’a fait ni une ni deux: j’ai passé ma première commande. J’ai aussi profité de mon passage chez Daphné pour récupérer ma commande pour lui poser quelques questions sur sa démarche de beauté éthico-écolo-végane.

L’idée de créer son eshop lui est venue parce que ses amies la consultaient de plus en plus avant d’acheter des produits. Daphné fait attention à la composition de ce qu’elle achète depuis cinq ou six ans, d’abord dans un souci pour l’environnement, puis pour le respect des animaux. Au fil des ans, elle a appris à identifier de nombreux ingrédients en fouillant sur le net (quand je vous disais que ça prenait du temps!), et elle utilise cette science pour choisir avec soin les produits qu’elle propose sur GreenMeow. “Je me suis rendu compte qu’il y avait un manque d’eshops pour vegan”, explique-t-elle. En mai 2016, GreenMeow voyait le jour, et la boutique en ligne grandit depuis lors, notamment par le bouche à oreille.

“Dans le doute, je ne prends pas”

Daphné a d’abord vendu les produits qu’elle utilisait déjà (notamment la marque Urtekram) puis elle a élargi la gamme en fonction de ses découvertes – et désormais des marques qui la contactent. Pas question cependant de fléchir sur la composition: Daphné a un tableau excel reprenant tous les éléments polluants et elle passe au crible la liste d’ingrédients. “Dans le doute, je ne prends pas le produit”, souligne-t-elle. Résultat: une sélection pointue de produits locaux, favorisant parfois le zéro déchet, emballés dans du matériel recyclé ou de récup.

 

Le GROS bonus: Daphné a récemment décidé d’étoffer un peu son offre et de proposer une box composée de produits éthiques et vegan!

Alors à la base je ne suis pas fan du tout (c’est un euphémisme) des box. J’ai été abonnée pendant un temps à la Deauty Box, une des premières mises sur le marché belge, et il reste encore des reliquats qui traînent dans ma salle de bain. Je trouve que ça crée souvent des besoins inutiles, et que quand c’est mensuel, on finit très vite par ne plus suivre, parce qu’on est submergé de produits à tester qu’on n’a finalement pas forcément demandés. Bref, je suis a priori très très sceptique sur ces initiatives.

MAIS ici, j’avoue, le concept me plaît bien. Déjà parce que le rythme n’est pas mensuel, mais saisonnier. Une box d’hiver pour commencer, et puis – tu l’as déjà compris parce que tu es doté de sagacité – une pour accueillir le printemps, puis préparer l’été et puis enfin pour le cocooning d’automne.

Je ne te dévoilerai (divulgâcherai^^) pas le contenu de la box, parce qu’il n’est pas impossible qu’elle fasse partie des cadeaux que j’offre en cette fin d’année (et aussi parce que je n’aime pas trop qu’on gâche l’effet de surprise), mais j’ai commencé à utiliser certains produits – il y en a six plus un bonus – et ils me plaisent vraiment vraiment bien. Certains contenants pourront même être réutilisés pour autre chose, et la box en elle-même a fait le bonheur de mes chats pendant plusieurs jours. “C’est un grand oui”, comme dirait le philosophe ^^

 

Oh! et à propos de chats, le petit plus que j’adore, avec GreenMeow, c’est que Daphné reverse chaque mois une partie de ses bénéfices à une association de protection des animaux, qui ont souvent bien besoin de tous les dons qu’on peut leur faire.

 

La box est en précommande depuis une semaine, pour livraison à partir de début décembre. La première coûte 39,90 euros, et il sera possible aussi de prendre un abonnement.

About Author

Leave a Comment

[instagram-feed showbutton=false showfollow=false num=8 cols=8 imagepadding=0]