Loading

Chronique #16 – Les bonnes résolutions

On continue le rattrapage des chroniques (on n’a plus qu’un mois de retard, ouéééé!), et dans la chronique de fin janvier, j’abordais ces bonnes résolutions qu’on essaie d’éviter, ou de prendre, ou d’abandonner rapidement.

 

Les bonnes résolutions

V: A la fin de l’émission, c’est l’heure de la séquence Inspiration. On retrouve aujourd’hui Sophie Lejoly, l’autrice du blog sofille.be. Et vous allez nous parler de bonnes résolutions… Est-ce que c’est pas un peu tard pour en discuter?

S: Mais pas du tout! Ca fait presque un mois que l’année 2018 a commencé et que, peut-être, dans l’euphorie de la nouveauté, certains auditeurs ont pris de bonnes résolutions. Qu’ils ont probablement déjà oubliées, ou abandonnées, à l’heure actuelle, d’ailleurs.

V: Ah beh! On dirait bien que vous, c’était pas l’optimisme, votre bonne résolution!

S: C’est du réalisme, surtout! J’ai lu que 88% des bonnes résolutions ne sont finalement pas tenues, et que beaucoup ne survivent même pas au mois de janvier. Je ne jette la pierre à personne: moi-même, j’ai déjà pris mon lot de bonnes résolutions qui sont à peu près restées lettre morte…

V: A quoi c’est dû, selon vous?

S: Il y a plusieurs facteurs. D’abord le fait qu’on se sente poussé à changer des comportements parce qu’il y a un changement d’année, alors qu’on n’est peut-être pas totalement prêt, psychologiquement, à laisser tomber la clope, à reprendre le sport, à perdre quelques kilos ou à glander plus (si, c’est aussi une bonne résolution).

Et puis aussi, parfois, on se décourage parce que “je veux perdre du poids”, c’est un peu vague, et “je vais courir 10km trois fois par semaine” un peu ambitieux quand la dernière fois qu’on a fait du sport, c’était au cours de gym à l’école.

J’ai lu aussi qu’il y a une différence entre les hommes et les femmes en la matière: les hommes auraient tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre – et donc à se décourager en voyant que ça ne progresse pas assez vite – et les femmes n’oseraient pas parler de leurs bonnes résolutions, ce qui fait qu’elles se privent du soutien de leur réseau…

V: Vous avez déjà expérimenté ça vous-même?

S: Oh! Bien sûr! J’ai toute une collection de bonnes résolutions plus ou moins ratées. Comme je suis blogueuse, je les publie en général en début d’année dans un billet blog, mais jamais personne ne m’a demandé des comptes pour voir si je les avais tenues… Je me suis ainsi déjà promis de faire plus d’activités culturelles (à moitié raté), de voir plus mes ami.e.s (on peut toujours faire mieux…), de continuer à lire beaucoup de livres (cahin-caha…), de perdre du poids (hum), bref, bilan assez mitigé.

V: Mouais, c’est pas très réjouissant tout cela…

S: Il y a quand même des méthodes qui fonctionnent mieux, hein! Moi, par exemple, j’adore fonctionner par défis: quand en 2016, je n’ai pas acheté de vêtements, c’est parti d’un défi que je m’étais lancé à moi-même: “et si t’essayais de ne rien acheter du tout, pour voir?” Et d’autres petits défis sont venus s’y greffer: fonctionner avec une garde-robe réduite, remiser sa carte de crédit, etc. Se lancer des défis, comme ça, c’est finalement assez simple et l’orgueil naturel permet de tenir. Et si vous n’avez pas d’inspiration pour vos défis, il suffit de s’embarquer dans les nombreuses initiatives proposées un peu partout.

V: Lesquelles, par exemple?

S: La fois passée je vous avais parlé du défi “Quoi de neuf?” Qui consiste à ne rien acheter de neuf durant toute l’année 2018. C’est un premier exemple.

Au niveau santé, je pense aussi à la Tournée minérale, le mois de février sans alcool: ça vous laisse encore une semaine pour vous y préparer. Ca ne fait jamais de tort de s’interroger sur sa consommation d’alcool et sur le rapport de la société à l’alcool aussi.

Oh! Pour le moment, on est également en plein dans le défi “30 jours sans râler”, “30 dagen zonder klagen”, lancé en Flandre mais qui finira certainement par percoler côté francophone. Ca paraît anecdotique, ce défi, et pourtant râler moins augmente le niveau de bien-être. On casse une sorte de spirale négative pour aller vers du plus positif.

Un autre défi qui était venu de Flandre mais qui ne sera pas organisé officiellement cette année, c’est les “Jours sans viande”: 30 jours, quarante jours, ou un jour par semaine, là aussi l’important c’est de réfléchir à sa consommation et de se familiariser avec des alternatives végétariennes.

V: Ah oui, effectivement, il y en a pour tous les goûts… est-ce qu’il y en a d’autres?

S: Oui! Je pense au “plastic free July”, le mois de juillet sans plastique, une initiative australienne mais qui peut se décliner parfaitement n’importe où dans le monde, et donc en Belgique aussi. L’idée c’est d’essayer d’éviter au maximum le plastique – les emballages, les trucs à usage unique – et de prendre conscience, aussi, à quel point il est partout.

Et puis il est toujours possible de se lancer son propre “no shopping challenge”, pour un mois et plus si affinités. En mettant de côté, par exemple, l’argent qu’on n’aura pas dépensé.

V: Economiser, c’est aussi souvent une bonne résolution, non?

S: Je pense, oui! Et là aussi, il y a des défis pour y arriver! Elle est pas belle, la vie? Je pense au défi des 52 semaines. Le principe, c’est de mettre de côté un euro la première semaine, deux euros la deuxième semaine, trois euros la troisième semaine et ainsi de suite jusqu’à 52 euros la cinquante-deuxième semaine. Au total cela permet d’économiser plus de 1.300 euros sur un an, ce qui est un beau montant, surtout quand on a l’impression qu’on n’arrivera jamais à mettre des sous de côté.

L’inconvénient de cette méthode, si on la suit à la lettre, c’est que le mois de décembre peut être assez lourd, avec l’épargne des dernières semaines (on est pas loin des 200 euros) qui s’ajoute aux dépenses liées à Noël et éventuellement à la Saint-Nicolas. Pour contourner l’écueil, on peut verser les sous dans le désordre, et cocher sur un papier la semaine qu’on a “payée”. Pinterest regorge de jolis semainiers et tableaux, il suffit d’y chercher “défi 52 semaines”.

V: Intéressant, tout cela, dites donc! Mais si on n’est pas très “défis”?

S: on peut tout simplement se fixer des objectifs, mais en les formulant de la façon la plus précise possible. Donc plutôt que “je veux perdre du poids”, se dire “je veux perdre cinq kilos d’ici six mois”; plutôt que de dire “je veux passer moins de temps sur les réseaux sociaux”, convenir avec soi-même de ne pas les consulter un soir, deux soirs ou sept soirs par semaine; plutôt que de dire “je veux arrêter de courir dans tous les sens”, choisir de garder un week-end par mois où on ne prend pas d’engagements pour vraiment souffler et se reposer, et ça vaut pour tous les domaines où l’on veut voir des changements.

Il ne faut pas hésiter non plus à annoncer la couleur à des proches, pour avoir à la fois le contrôle social et le soutien nécessaire pour atteindre ses objectifs. C’est la meilleure façon de ne pas lâcher.

Enfin, non, sans doute que la meilleure façon de tenir, c’est de choisir de changer, d’évoluer, parce qu’on en a ENVIE, pour soi-même, donc. Et pas parce que “selon la société” il faut un corps musclé, ou cinq kilos de moins, ou une vie très remplie ou Dieu sait quoi encore. Changer pour se faire du bien, il ne faut rien de plus.

V: Vous vous êtes fixé des objectifs pour 2018, vous?

S: Mais oui! Je me suis mis en tête de recommencer à courir – attention, moi, je recommence toujours à la fin de l’année précédente, pour que ça fasse moins “bonne résolution” ^^ – avec pour objectif de participer fin mai aux 20 km de Bruxelles avec l’élu de mon coeur et d’autres membres de ma famille. Vous voyez? Objectif précis, partagé publiquement, et que je me suis fixé pour mon plaisir: pourquoi voudriez-vous que ça rate? 🙂

 

Chronique “Les bonnes résolutions” – Emission “Tendances 1ère” avec Véronique Thyberghien – mercredi 24 janvier 2018

 

(image d’illustration: M. Léludemoncoeur et moi à la fin d’une séance de running ^^)

About Author

Comment ( 1 )

  • Régine

    Bonne chance alors pr ce nouveau projet ! Bientôt des parcours affichés ?

Leave a Comment

[instagram-feed showbutton=false showfollow=false num=8 cols=8 imagepadding=0]