Comment je ne suis pas (encore) devenue végétarienne

Pin it!

Cet été, comme l'an dernier, Bruxelles s'est à peu près endormie durant tout le mois d'août. Pire: ma boucherie habituelle, celle où je passe tous les samedis, est restée fermée un mois, comme l'an dernier.

Or je suis une fille de routines et d'un minimum d'anticipation. Savoir ce que j'ai en stock pour mes repas me rassure, me permet un minimum d'inspiration, et empêche qu'on finisse par se ruer sur des crasses.

 

La fermeture annuelle de la boucherie n'est pas tombée comme une surprise totale, évidemment. D'abord parce qu'ils le font chaque année, et puis parce qu'ils ont annoncé les dates de fermeture plusieurs semaines à l'avance. Si tu te souviens bien, j'avais même projeté d'en profiter pour tenter un "mois végétarien" que j'aurais progressivement préparé depuis le début de l'année en testant pleeeeiiiiin de recettes végétariennes.

 

Est-ce que ça a marché? Naaaaaaaaaaaan! Au début de l'année, motivée à bloc, j'ai testé plusieurs recettes, dont certaines sont rapidement entrées dans mes habitudes de cuisine. Manger végétarien une à deux fois par semaine ne posait donc pas trop trop de problème.

 

Et puis avec le printemps, bizarrement, j'ai moins fait l'effort de chercher des recettes, j'ai moins varié, et la proportion de repas végés est retombée à pas grand chose. J'ai de temps en temps testé et validé une recette sans viande, mais sans que ça se systématise.

 

Alors quand la bise fut venue et que mon boucher fut parti en vacances, comme les trois quarts de la ville, je me trouvai fort dépourvue en inspiration végétarienne et j'ai bricolé un peu comme j'ai pu.

 

On a mangé plus de poulet rôti de la boucherie halal (on peut le mettre dans un récipient réutilisable, youpie!) et aussi d'autres types de viandes de cette même boucherie. On a proportionnellement mangé plus de poisson, sauf quand le poissonnier aussi s'est barré en vacances. Parfois, oui, parfois, M. Léludemoncoeur a ramené de la viande emballée du supermarché. Surtout pour les chats, et un peu de carpaccio pour nous. On a aussi mangé quelques crasses et fait une ou deux sorties.

 

L'un dans l'autre, nous n'avons pas révolutionné notre alimentation, ni pour le meilleur ni pour le pire. Nous avons sans doute généré quelques déchets totalement évitables, et pas pris assez le temps de réfléchir à comment mieux faire. Je devrais d'ailleurs me pencher plus attentivement sur cet été, parce que j'ai l'impression de n'avoir pas pris de temps pour plein de trucs. Ca mérite réflexion :-)

 

(ah! et si tu te demandes de ce qu'il en est de mes deux autres défis de début d'année, je dirais: fail sur toute la ligne ;-) )

Écrire un commentaire

Optionnel