Brèves de bibliothèque [4] - Et si c'était vrai?

Pin it!

Alors je vais te l'avouer tout de go: ici je vais tricher un peu. Parce qu'aucun des livres dont je vais parler ne proviennent de la bibliothèque. Mes deux virées parisiennes estivales m'ont fait un peu perdre la tête niveau bouquins et je dois bien en avoir acheté environ 25 en deux vagues... Pour faire pénitence, je pense que je vais en sélectionner le même nombre et en faire don, mais en attendant, voici quelques lectures qui m'ont plu.

- Margaret Atwood, La Servante écarlate: j'en ai entendu parler récemment grâce à la série qui en a été tirée, The Handmaid's tale. Comme la série promettait d'être vraiment dure (avec des scènes de viol notamment), j'ai d'abord voulu me faire une idée en lisant le roman. Il s'agit d'une dystopie dans un futur pas très lointain, mais vachement réaliste. Les femmes ont progressivement perdu toute leur liberté et leurs droits, et ont été rangées dans des catégories, dont elles portent les couleurs. Les Epouses sont vêtues de bleu, ce sont souvent de belles femmes mariées à des hommes puissants, mais elles sont pour la plupart stériles. Les Servantes sont habillées de rouge, et ont pour fonction la reproduction (dans un monde où la stérilité s'est répandue suite à des maladies). Elles sont "prises" par les Maris durant leurs périodes de fertilité pour tenter de donner un enfant aux Epouses. Les Marthas entretiennent les maisons, tandis que les Antifemmes, des femmes qui se sont rebellées ou qui ont trahi la cause, sont envoyées dans des colonies invivables.

On suit le quotidien paranoïaque de Defred (littéralement la servante de Fred, son maître), dans la maison où elle est employée. On découvre peu à peu ses souvenirs, son mari Luke, sa fille qui lui a été arrachée, sa liberté qui s'est amenuisée. Le livre, sans y toucher, amène à la réflexion: et nous? Que ferions-nous si on rabotait nos libertés? Est-ce que nous réagirions quand c'est trop tard?

Il serait bon d'y réfléchir rapidement, hein, vu que ce futur dystopique ne semble pas si éloigné que cela, malheureusement.

J'ai regardé le premier épisode de la série. Il est à la fois fidèle et pas fidèle, dans le sens où il fournit déjà beaucoup d'informations du roman, et qu'on sent bien que même pour tenir une saison, il faudra s'éloigner du livre et apporter d'autres éléments. Margaret Atwood est impliquée dans l'écriture du scénario, donc j'imagine que ça restera fidèle à l'esprit de l'histoire.

 

brèves de bibliothèque, despentes, huxley, fellowes, atwood, servante écarlate, vernon subutex, belgravia

 

- Virginie Despentes, Vernon Subutex: oueps, j'ai succombé à la Subutex mania! Je dois reconnaître que jusqu'au troisième tome, cette saga était passée un peu sous mon radar à bonnes lectures. Erreur rapidement corrigée, grâce à un de mes collègues qui m'a prêté les deux premiers tomes.

J'ai eu peur, au début, d'assister pendant trois tomes à la déchéance d'un homme - Vernon Subutex - jeté de chez lui parce que privé de RSA et du moindre revenu. Il y a trop de choses dans mon histoire récente qui me rendent sensibles à ce genre de misères et bref, j'aurais eu du mal à le supporter, je crois. Sauf que non, si Vernon Subutex est bien le personnage central du roman (des trois romans), il y a autour de lui toute une série de personnes que Virginie Despentes croque sans concession, leur attribuant toutes les névroses et manies de notre temps et nous tendant donc un miroir grossissant. Ca interpelle, ça fait réfléchir, sourire, frémir, bref, ça scotche.

J'ai englouti le troisième tome en moins de 24 heures, au parc des Buttes Chaumont (qui tient une place importante dans les livres), et j'ai été un peu orpheline des personnages, une fois le livre refermé. J'aimerais te dire comment ça se finit, mais ce serait spoiler, et c'est vraiment pas cool. Je dirai juste que Virginie Despentes se saisit aussi des événements de notre temps - et notamment les attentats - pour les intégrer dans ses romans et c'est précieux d'avoir quelqu'un qui le fait aussi bien.

 

brèves de bibliothèque, despentes, huxley, fellowes, atwood, servante écarlate, vernon subutex, belgravia

 

- Aldous Huxley, Le meilleur des mondes: Là aussi un roman dystopique. Ecrit dans les années 30, il n'a absolument pas "mal vieilli". On est dans une civilisation dont les habitants sont programmés, dès avant la naissance, au type de tâches qu'ils effectueront, dans une structure hyper hiérarchisée. Tout le monde est heureux grâce à cette programmation, aux divertissements spécialement élaborés, et aussi au Soma, une sorte de drogue simplement destinée à apaiser l'individu et relancer une sorte d'euphorie.

Tout le monde est heureux? Presque, car certains personnages ressentent une insatisfaction, voire se sentent différents, ce qui va à contre-courant de l'objectif de cette société.

C'est un roman très intéressant, qui pousse lui aussi à la réflexion, sur cette société lissée où toute contrariété est écartée artificiellement et même crainte, et où les éléments perturbateurs sont (très) mal vus et écartés.

 

brèves de bibliothèque, despentes, huxley, fellowes, atwood, servante écarlate, vernon subutex, belgravia

 

- Julian Fellowes, Belgravia: Julian Fellowes, c'est l'auteur de l'adorable série Downton Abbey, et d'un roman dont je t'ai déjà sans doute parlé, Passé imparfait, où il explore et exploite les relations entre nobles et "moins bien nés". Il est désormais de retour avec Belgravia, qui fait furieusement penser à Downton Abbey - sauf que ça se passerait 60 ans plus tôt. On y retrouve des aristocrates, des bourgeois qui meurent d'envie d'entrer dans le beau monde, des crapules criblées de dettes, des domestiques loyaux et d'autres moins, du mystère, des secrets, de l'amour, bref, tout ce qu'il faut pour ne pas arriver à décoller des 520 pages avant de les avoir finies. Il m'a fallu moins de 24 heures (sommeil compris) pour terminer ce roman ma foi fort agréable, dont le début se passe à Bruxelles, à la veille de la bataille de Waterloo.

 

brèves de bibliothèque, despentes, huxley, fellowes, atwood, servante écarlate, vernon subutex, belgravia

 

Bon, j'en reste là, il y a déjà pas mal à lire, si on compte les trois tomes de Vernon Subutex. ;-) Il me reste encore plein de livres à dévorer et à chroniquer, ce qui signifie - youpie! - qu'on atteindra au moins les cinq Brèves de bibliothèque. Elle est pas belle la vie? 

 

brèves de bibliothèque, despentes, huxley, fellowes, atwood, servante écarlate, vernon subutex, belgravia

Et ça, c'est pour m'apprendre à craquer comme une dingue à la librairie... ^^

Écrire un commentaire

Optionnel