Retour vers un futur pas très glop

Pin it!

Nom de Zeus, Marty! Ce week-end avec M. Léludemoncoeur, on a un peu voyagé dans le temps pour pas cher, sauf le sentiment douloureux de revoir ce que c'était, notre vie d'avant.

M. Léludemoncoeur et moi sommes tous deux assez bordéliques, pas très très disciplinés, et assez rétifs au ménage (si toi aussi tu ne fais le ménage que quand tu attends des invités, viens dans mes bras). On s'est accommodés de cette situation où notre appart n'est jamais nickel, où le brol déménage en fonction des circonstances (débarrasser la table de la cuisine en transférant ce qu'il y a dessus vers le plan de travail, par exemple O:) ), mais là, il y a quelques semaines, il y a eu une sorte de prise de conscience collective (on a bien vu que les chats aussi prenaient conscience ^^) et on s'est promis de consacrer quelques heures chaque week-end à ranger et désencombrer. Je reviendrai d'ailleurs dans un prochain billet sur la méthode que nous avons adoptée, disons quand nous l'aurons testée plus que deux week-ends.

 

Bref, hier, nous avions jeté notre dévolu sur la cuisine. Je ne te ferai pas un inventaire à la Prévert de ce que nous avons retrouvé un peu partout en prenant enfin la peine de ramasser, de soulever, de déplacer... Il était temps que nous nous y mettions, c'est certain.

 

Mais il y a un truc qui m'a fait l'effet d'un coup de poing à l'estomac: l'espace entre notre frigo et le mur. C'était - évidemment - devenu un truc fourre-tout, où je stockais mes sacs de course. Sauf que quand tu n'as pas besoin de te pencher pour prendre tes sacs, tes quatre ou cinq sacs essentiels, tu sais qu'il y a comme un problème.

 

Cet espace était rempli de sacs de courses. Mais quand je te dis rempli, je n'exagère pas. Il y avait même de grands sacs de course remplis de petits sacs en plastique à usage unique. Des sacs oubliés, évidemment, puisque enfouis là tout en-dessous... Ca m'a fait un choc de voir tout ce que nous avions pu accumuler - et donc accepter - comme sacs à usage unique, en quelques années.

 

Tout cela sans compter les sacs réutilisables, que nous achetions systématiquement au supermarché, puisque nous y allions les mains dans les poches, ou sur un coup de tête. Bref, rarement en emportant les sacs que nous avions déjà...

 

Un an et demi après avoir modifié mon comportement de consommatrice, après avoir banni les sacs à usage unique et le supermarché (en grande partie), cette découverte m'a fait un vrai choc. J'ai eu honte - même si c'est facile, avec le recul -, j'ai été triste et effrayée à l'idée du sort de ces sacs jetables, et des sacs poubelles supplémentaires que je sortirai cette semaine pour sortir cela de chez moi.

 

Le point positif, c'est qu'à moins gros cataclysme, ce coin à brol ne se remplira plus. Nous n'aurons plus de sacs à usage unique, puisque nous les refusons allègrement. Il faut juste passer par cette phase de tri, qui arrive peut-être un peu tard chez nous (même si je pense qu'on fait les choses quand on est prêt à les faire, fondamentalement), mais qui me fait prendre conscience que je ne voudrais pour rien au monde revenir à avant.

 

Commentaires

  • Meme constat le week end dernier quand j'ai vidé complètement ma buanderie ! J'avais de quoi remplir un énorme sac poubelle de sacs !!! Ils trainaient là depuis euhhhh 8 ans peut etre. Heureusement, je les ai refilés à une amie qui fait une brocante sous peu. Elle en avait besoin !

Écrire un commentaire

Optionnel