No shopping challenge - les suites

Pin it!

Et si on faisait un petit point de la situation de ce no shopping challenge 2016-qui-s'est-quand-même-prolongé-en-2017? Bien sûr tu t'es jeté.e sur ma première chronique radio il y a quelques semaines, où je racontais des trucs que tu savais déjà, et aussi d'autres que tu ignorais encore (comme le fait que ouep, j'ai acheté une fringue en 2017, ouuuuuuh!).

Cela fait maintenant un an et demi que j'ai décidé d'arrêter de faire du shopping pour faire du shopping (et accumuler les fringues et accessoires). Depuis fin octobre 2015 et l'achat de deux hauts chez H&M, dont un que je n'ai jamais mis et que j'ai fini par donner aux Petits Riens.

 

Tu sais que j'ai passé toute l'année 2016 sans rien acheter du tout, et que ça a été une expérience extraordinaire. Un vrai confort de vie retrouvé et redécouvert, quasiment pas d'envies de shopper. Je n'ai pas fait les soldes d'hiver en 2017, à une exception près: je suis rentrée dans un magasin de chaussures pour trouver des remplaçantes à mes derbies dont le cuir commençait à sérieusement fatiguer. Je n'ai cependant rien acheté à ce moment-là car pas de coup de coeur.

 

Globalement, mes vêtements et mes chaussures ont bien tenu toute l'année 2016, malgré une utilisation plus fréquente, mais on dirait qu'ils ont compris que l'année officielle du défi est terminée et qu'ils en profitent pour se relâcher.

 

Bon, mes jean's noirs-devenus-gris-merci-H&M avaient déjà commencé à démissionner un peu, mais comme l'usure se trouvait à l'entre-jambe, elle était finalement assez peu visible (#personnelautoriséonly) et passait même tout à fait inaperçue avec des tuniques/robes courtes par dessus.

 

Mais depuis que 2017 est là, d'autres fringues commencent donc à renoncer. Je t'ai déjà parlé de ces derbies fatiguées, que j'ai finalement remplacées (avec beaucoup de patience, parce qu'il a fallu attendre deux mois et demi pour qu'elles reviennent en magasin) par des loafers noires vernies fabriquées au Portugal. Je les ai choisies neuves, donc, mais dans un magasin, Shapes, qui promeut des marques européennes qui fabriquent en Europe.

 

vêtements, no shopping challenge, no shopping, slow fashion, slow life, reuse, réutiliser,

 

Récemment, le rythme des vêtements qui abandonnent s'accélère. Je repère des trous dans des t-shirts et des blouses (je soupçonne le chaton mignon de ne pas y être totalement étranger...) et puis paf! je retrouve ma blouse-presque-préférée déchirée d'un déchirement difficilement réparable. Quelques jours plus tard, paf! c'est le pantalon-qui-allait-bien-avec qui craque, littéralement.

 

vêtements, no shopping challenge, no shopping, slow fashion, slow life, reuse, réutiliser,

 

vêtements, no shopping challenge, no shopping, slow fashion, slow life, reuse, réutiliser,

 

Ce qui ne serait qu'une péripétie dans une garde-robe fournie devient tout de suite plus problématique quand on a réduit le nombre de vêtements disponibles. Et cela sous-entend aussi de remplacer chaque pièce par une autre pour continuer à fonctionner au mieux.

 

Problèmes:

- il faut faire du shopping, hashtag Captain Obvious! (et en fait, avec le recul, je déteste vraiment ça) (surtout les essayages qui font déprimer).

- il est désormais hors de question d'aller dans des grandes chaînes de type Zara ou H&M, qui étaient quand même mes fournisseurs principaux auparavant.

- Donc il faut que je magasine différemment et que j'acquière d'autres habitudes et réflexes.

- Même si j'ai bien en tête le troisième principe du zéro déchet (Réutiliser) et ce qu'il implique, je me pose encore la question de ce qu'il convient de privilégier: la seconde main tout le temps, ou de belles pièces neuves produites localement et dans le respect des artisans? J'y reviendrai certainement dans un autre billet un de ces jours.

Commentaires

  • Hello Sophie....
    That's the question........
    Perso, je boycotte les marques sus mentionnées.J'ai pas envie de me fringuer comme tout le monde.Je déteste les essayages et les sourires hypocrite des vendeuses.
    Pour les basiques, je m'en tient aux Saint James et Blanc du Nil.Un peu chérot, mais ça tient au moins 5 ans. Pour l'homme et le grand fiston (4 m de haut à eux deux) une marque allemande qui ressemble à un chameau (pour ne pas citer de marque), qui résiste à toutes les taches et à tous les débordements.Un investissement, certes au départ, mais indémodable, et toujours classieux et passe partout.
    Pour ma part, outre les basiques, et les chaussures (de la marque d'un célèbre écrivain), je m'offre parfois un truc fun sur les marchés ou alors je privilégie ma petite boutique banlieusarde dont la proprio connait ma taille et me réserve des fringues à couper le souffle, qui resteront dans mon dressing durant au moins dix ans (et me fait des ristournes carabinées parce que je fais sa promo dans le quartier)

    Bon, quand la fringue est abimée, il vaut mieux en faire des loques à reloqueter, MDR.....celà sans état d'ame

  • Hello,

    Super défi ! Et franchement tu m'inspires, je sens déjà le no shopping d’août 2017 à août 2018...
    Par contre, une question : j'ai lu dans un autre de tes posts que tu louais des vêtements. Je connais le principe et je sais qu'il y a déjà plusieurs kleedenbibliohteek en Flandre. Mais as-tu des adresses à Bruxelles ou en Wallonie où on peut en louer ?

  • Hello Gaëlle!

    Je loue des vêtements pour des cérémonies ou des occasions spéciales. J'aime beaucoup aller chez Coucou, à Saint-Gilles, où on trouve vêtements et accessoires tendance à prix doux. J'en parlais ici: http://www.sofille.be/archive/2016/06/05/comment-j-ai-gere-mon-no-shopping-challenge-avec-un-mariage-en-vue.html mais je pense refaire un billet pour réexpliquer un peu, maintenant que j'ai testé le service plusieurs fois.

    N'hésite pas à me tenir au courant de l'évolution de ton no shopping challenge! Tu verras, ça fait un bien fou!

Écrire un commentaire

Optionnel