Changer le monde - à la rencontre de Julien et Quentin, et de leur futur magasin bio The Barn

Pin it!

Et si on partait, de temps en temps, à la rencontre de gens qui se bougent les fesses, à leur niveau, pour faire bouger le monde dans un sens meilleur? De gens qui font leur part, tout simplement et extraordinairement.

Et pour cette première, j'ai envie de vous parler de Quentin (à gauche sur la photo) et Julien (à droite, donc ;-) ), deux trentenaires-ou-presque qui ouvrent dans deux semaines tout pile un nouveau magasin bio et "vraccessible" à Etterbeek. Ils n'étaient pourtant pas spécialement destinés à cette nouvelle orientation, puisqu'ils viennent tous les deux de chez Décathlon, plutôt un temple de la consommation de masse.

 

Qu'est-ce qui vous a poussés à vous lancer dans ce projet?

Quentin: Cela fait quatre ou cinq ans qu'on se dit qu'on va bosser ensemble. On voulait laisser une empreinte. A titre personnel, je suis particulièrement intéressé par l'aspect durable: J'aime beaucoup la nature, les animaux, donc le bio était une évolution logique.

Julien: On fait partie de la première génération où il y a une telle conscientisation face aux enjeux et pour rendre le monde meilleur. Participer à cela, à cet engouement, sans attendre que le gouvernement mette des choses en place, c'est enthousiasmant.

 

Comment définiriez-vous The Barn, votre nouveau magasin?

Julien: Nous allons proposer environ 500 références, à 100% bio et le plus local possible. L'idée, c'est de répondre à un besoin avec un seul produit, et 90% de ce qu'on proposera sera en vrac. On privilégie les circuits courts, en mettant directement les produits de la ferme en contact avec les clients, à des prix les plus bas possibles.

Quentin: On travaille par exemple avec deux jeunes gars qui viennent de se lancer dans la culture maraîchère, sur un hectare, dans le Brabant Wallon. A terme, on voudrait organiser des rencontres mensuelles avec des agriculteurs, soit au magasin, soit chez eux. On veut amener les clients vers les producteurs. Mais c'est quelque chose qu'on doit encore mettre à l'agenda.

 

Plusieurs magasins bio et en vrac existent déjà à Bruxelles. Quelle est la particularité de votre projet?

Quentin: notre particularité, ce n'est pas tellement l'expérience du bio - c'est notre associé qui est plutôt calé dans ce domaine -, mais plutôt l'expérience du magasin et de l'équipe. C'est quelque chose que nous avons appris chez Décathlon, l'importance de la responsabilisation du personnel, et de l'épanouissement personnel. Nous commencerons à neuf - quatre personnes fixes et cinq étudiants - et nous avons vraiment pris le temps de sélectionner des personnes qui correspondent aux valeurs que nous voulons porter avec ce projet.

Julien: Avec le choix volontairement limité de produits, ces 500 références, le but est que l'équipe puisse répondre aux clients qui poseraient des questions sur l'origine de ce qu'ils achètent. Que l'équipe connaissent les producteurs derrière ce que nous vendons. Nous ferons d'ailleurs des matinées de formation régulièrement hors du magasin.

 

Est-ce que vous accordez une attention particulière à la gestion/la réduction des déchets?

Julien: Oui, parce que déjà Jérôme, une des personnes que nous avons engagées, est en train de construire le mobilier du magasin avec des matériaux récupérés: vieilles palettes, plaques métalliques. Tiphaine, l'autre personne "fixe", sera plus spécifiquement chargée de la gestion des déchets.

Quentin: nous avons aussi un compost dans la cour que nous comptons bien utiliser.

 

 The Barn ouvre le 5 mai, vous avez déjà d'autres projets?

Julien: notre rêve, ce serait d'installer en permanence un resto où on cuisinerait des produits locaux et où on pourrait aussi proposer des cours de cuisine pour travailler ces produits locaux. On espère que ça pourra prendre forme d'ici la fin de l'année.

Quentin: on pense aussi contacter les écoles du quartier pour leur proposer un partenariat.

 

Mon avis:

Quentin et Julien ont choisi d'installer leur magasin à Etterbeek, non loin de la station de métro/gare de Mérode, à quelques pas du parc du Cinquantenaire, tout près aussi d'un arrêt de tram, et dans un quartier où il n'y a pas encore ce genre d'enseigne. Comme je suis allée les rencontrer cette semaine, l'endroit est encore en travaux, mais l'espace est agréable, avec un petit côté industriel assez sympa. Ils vont travailler avec des producteurs bien connus dans le bio (notamment Bufflardenne et leur mozzarella à tomber par terre ou la Ferme du Gros Chêne à Méan et ses fromages délicieux aussi).

Je crois que ça vaudra vraiment la peine d'aller y faire un tour si vous habitez/travaillez dans le quartier, d'autant qu'ils proposeront aussi, dès l'ouverture, des plats à emporter pour manger sur le pouce à midi.

J'aime particulièrement l'attention apportée à la récup' et à la gestion des déchets, évidemment ;-), mais j'admire aussi la volonté et la passion de ces deux jeunes gars qui ont décidé de faire leur part, à leur échelle.

 

FullSizeRender (11).jpg

Ils font d'ailleurs leur pub... sur des sachets en papier recyclé utilisables pour acheter légumes ou vrac

 

Finding The Barn from sophie lejoly on Vimeo.

Écrire un commentaire

Optionnel