#31Bloggingdays - Zéro déchet: où j'en suis un an après

Pin it!

D'ici quelques jours, ça fera un an que je me suis lancée dans cette formidable aventure qu'est le zéro déchet. L'occasion, du coup, de faire un petit bilan, qui s'étalera sur plusieurs jours. Aujourd'hui, on fait un état des lieux de la situation actuelle.

Rappel: avant de commencer à réduire les déchets, on sortait à deux et demi (le chat comptant comme demi-portion) un sac poubelle blanc de 30 litres à chaque passage, c'est-à-dire deux fois par semaine. Parfois pas trop rempli mais le plus souvent très rempli. Comme je te le disais hier, le sac blanc a déjà drastiquement fondu et ce qui est cool, c'est qu'il y a encore de la marge de progression. Voyons un peu plus dans le détail comment ça se passe chez nous.

 

Salle de bain: C'est l'endroit où le nombre de déchets non-recyclables a diminué de manière la plus visible. Nous avons d'ailleurs enlevé la poubelle de la salle de bain pour l'utiliser ailleurs (pour les déchets alimentaires).

Nous utilisons tous les deux du shampoing solide et du savon en pain pour la douche (bye bye les gels douche et shampoings en bouteille et à la composition douteuse!). Je fais mon après-shampoing avec du vinaigre.

Je suis passée aux protections lavables, ce qui permet de diminuer drastiquement les déchets non-recyclables. Point bonus: adieu l'odeur chimique de "propre" que serviettes et protège-slips jetables nous imposent pour "rester féminines", au mépris de notre santé (je n'ose même pas aller voir ce que ça comporte comme saloperies).

Je suis passée il y a quelques semaines au dentifrice en poudre fait maison, et je dois dire que la transition s'est faite sans difficultés. J'ai suivi la recette de la Famille (presque) Zéro Déchet, en mettant une dose réduite de bicarbonate. Je laisse M. Léludemoncoeur y venir à son rythme, le pot n'est pas loin ;-)

J'utilise aussi du déodorant solide en pot de verre. C'est absolument génial (merci Florence de me l'avoir conseillé!), sans ingrédients douteux (car fait à base de beurre de karité, de bicarbonate et d'huiles essentielles). Je l'utilise depuis le mois de juin et je ne l'ai jamais pris en défaut, malgré des vacances sous le soleil, des mois d'été à pédaler à Bruxelles et les jours plus froids où l'on se couvre bien. C'est du déodorant Schmidt, mais j'ai vu que la marque française Clémence et Vivien en propose désormais aussi.

 

zéro déchet,zero waste,less waste

 

J'ai également fait, il y a quelques semaines, des pastilles désinfectantes/nettoyantes pour les toilettes (bye bye la javel!), et on nettoie les lavabos et la douche avec un nettoyant multiusage composé de vinaigre dans lequel je fais macérer des épluchures de clémentines. Simplification radicale de l'armoire à produits d'entretien!

 

zéro déchet,zero waste,less waste

 

Cuisine:

 Ca a été un peu plus lent et long à mettre en place, mais les efforts paient!

On avait un gros problème de gaspillage alimentaire, avec énormément de nourriture jetée (et toute la honte qui s'en suivait au moment de vider le frigo des trucs moisis), ce qui faisait gonfler notre poubelle blanche aussi. Depuis le début de l'année, nous avons commencé à participer à l'opération pilote de sacs oranges (déchets alimentaires) et ça a donc déjà détourné beaucoup de déchets vers ce sac-là.

Parallèlement, aller faire les courses chez le boucher et au marché a beaucoup réduit ce que nous jetons. Parce que nous n'achetons plus de grandes quantités (bah oui, je porte tout ça à bras ^^) mais juste ce qu'il nous faut pour la semaine, nous ne sommes plus contraints par un paquet de viande où il y aurait plus que deux morceaux (et dont les morceaux excédentaires resteraient à attendre... le sac poubelle). Idem pour les légumes: ils sont choisis rationnellement en fonction des menus imaginés pour la semaine.

 

zéro déchet,zero waste,less waste

 

Beaucoup de nos repas ne génèrent plus de déchets, parce que nous avons trouvé (enfin, souvent moi ;-) ) des alternatives: chèvre frais plutôt que boursin cuisine, café moulu en vrac plutôt que café en sachet, céréales en vrac, crème fraîche dans des contenants consignés... Pour le reste, nous essayons de privilégier les contenants recyclables et ça marche plutôt bien.

 

Nous avons éliminé l'essuie-tout, remplacé par des lavettes quand il faut nettoyer, et un pinceau à pâtisserie quand il s'agit de beurrer/huiler quelque chose.

 

Notre frigo n'est plus encombré, notre congélateur non plus. Le placard à conserves ne se remplit plus sans fin. Nous cuisinons la plupart des repas nous-mêmes.

 

zéro déchet,zero waste,less waste

 

Pour le reste:

Le supermarché est devenu l'exception plutôt que la règle, on privilégie le marché, les commerces de proximité et les magasins bio. Il m'est devenu impossible de prendre un sac en plastique pour emballer quoi que ce soit. On utilise des serviettes en tissu à la maison, et j'en emporte avec moi quand je pense qu'il n'y aura que des serviettes en papier là où je vais. J'essaie de toujours refuser ce dont je n'ai pas besoin (des papiers superflus, par exemple), mais ce n'est pas toujours évident.

 

zéro déchet,zero waste,less waste

Pas de sac en tissu? Pas de sac plastique non plus!

 

 

J'ai reçu des petits messages/vu des petits signes que les choses bougent autour de moi: que ce soient les petits pas de mes soeurs ou de mes ami.e.s, les messages d'encouragement des commerçants ou d'inconnus, ça fait un énorme plaisir et une grande joie.

 

zéro déchet,zero waste,less waste

(L'assiette en plastique, jetable, n'est pas à moi!)

 

Est-ce que ça coûte cher?

Je ne sais pas avec certitude combien coûte le zéro déchet, parce que je n'ai pas tenu de budget précis. Je sais que j'en ai pour entre 60 et 80 euros au marché le samedi matin et, disons, 20 euros de plus au magasin bio la semaine. Donc oui, pour deux, ça peut paraître un sacré budget. Quelques réflexions par rapport à cela cependant:

- ce sont quasiment les seules dépenses que nous avons (en plus des factures de base, comme le prêt hypothécaire) et l'augmentation éventuelle du poste "nourriture" est compensé par ailleurs (pas de budget vêtements cette année, quasi pas de budget livres, dépenses très réduites en produits d'entretien,...)

- je pense qu'il est inévitable de payer plus si on veut de la nourriture de bonne qualité, produite localement. C'est une question de respect des producteurs, et aussi de la logique pure: la qualité, ça se paie.

- on a fonctionné cette année avec un budget serré, que notre mode de vie avec moins de déchets n'a pas mis en péril. C'est ce qui me fait dire que non, ça ne coûte pas trop cher, tant qu'on réfléchit aux solutions qui nous conviennent réellement.

 

Demain, on parlera de tous ces produits que je n'achète plus.

Commentaires

  • Bravo Sophie! Franchement, ton parcours vers le zéro déchet est truffé de bonnes idées. Même si tout n'est pas applicable à mon niveau, je pioche quelques astuces donc continue de partager tes aventures ;-)

  • Merci Gwen! :-)

    Je vais donc continuer à partager mes découvertes dans les prochains mois ;-)

  • Mode d'emploi et bilan très utiles, Thanks ! (tant pour les déchets que le 0 shopping)

    PS : "J'essaie de toujours refuser ce dont je n'ai pas besoin (des papiers superflus, par exemple), mais ce n'est pas toujours évident." : c'est sur cette phase que je travaille actuellement. Ton exemple au théâtre quand tu as refusé le programme m'a fait réfléchir...

Les commentaires sont fermés.