• Simplicité (presque) volontaire

    Pin it!

    Vous le savez déjà, parce que je vous en ai déjà parlé plusieurs fois, j'essaie doucement - mais résolument - de rendre ma vie plus verte, en partant du principe que le changement commence par soi-même. Ca a commencé en allant habiter en ville, en se séparant des voitures et en empruntant du coup les transports en commun. Ca a continué en devenant cliente régulière (voire assidue) d'Efarmz pour tous les produits que je peux (et je peux vous parrainer, si vous voulez!). Fruits, légumes, viande, fromage, farine, boissons, j'essaie au maximum de consommer bio et local. Ca réduit l'empreinte écologique et, mieux, ça fait vivre des producteurs pas très très loin. Un choix de consomm'acteur, en quelque sorte.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Réflexion 2 commentaires
  • Sourire, envers et contre tout

    Pin it!

    On s'était quittés il y a pile deux semaines sur des gouttes de gentillesse, un 13 novembre de Journée internationale de la Gentillesse. On s'était quittés sur une profession de foi, presque, à quelques heures d'actes absurdes et effrayants commis par huit gars qui n'en avaient rien à foutre, de cette gentillesse. Qui en avaient après ces humeurs festives du vendredi soir, la musique, les potes, les verres qui trinquent et une certaine insouciance. Après la bienveillance, aussi, beaucoup.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : 3615 Ma vie, Réflexion 0 commentaire
  • Les vertus de la gentillesse

    Pin it!

    Paraîtrait qu'aujourd'hui, c'est la journée de la gentillesse. Bon, je trouve ça à peu près aussi pertinent que la journée "de la femme", rapport que la gentillesse, comme les droits des femmes, ça devrait être 365 jours par an (sauf les années bissextiles), mais c'est quand même un bon prétexte pour me sortir les doigts du cul évoquer avec vous ce sujet dont je voulais parler depuis un petit temps. D'ailleurs j'en ai peut-être déjà parlé (parce qu'il m'arrive de radoter) mais je vais faire semblant que non. Au pire, on dira que ça tape sur le clou.

     

    Ce qui m'a donné envie de parler gentillesse avec vous (pas suffisamment, visiblement, pour m'y mettre avant cette journée bateau), c'est que j'ai vu passer plusieurs fois des panneaux Facebook (oui, bon...) disant en gros: "moi, la jentilless ces finit, jai trO donner et riens ressus" et à chaque fois ça m'a fait tiquer (et pas uniquement pour l'orthographe).

     

    La gentillesse, c'est à la fois évident et super dur. C'est super dur parce que c'est pas très valorisé. "Il est gentil" représente dans 85% des cas une vacherie et "tu es trop gentil(le)" est souvent un reproche. La gentillesse est vue comme une faiblesse et un truc qu'on dit aux filles pour qu'elles se tiennent tranquilles et sachent où est leur place "sois gentille!". Accepter d'être qualifiée de "gentille", c'est presque un coming-out, c'est accepter une qualité qui sonne comme un défaut chez beaucoup.

     

    love.jpg

     

    Alors que la gentillesse, c'est évident, et beaucoup moins énergivore que la mesquinerie ou la dureté. Je pense que tout le monde (à part les psychopathes) a un bon fond, enfoui plus ou moins profondément. Si si! Après, il s'agit de cultiver cette aptitude naturelle.

     

    kindness2.jpg

     

    Se réjouir sincèrement des succès des autres. Compatir à leurs coups du sort. Ca peut paraître simple comme ça, mais ça implique aussi de ne pas y mêler ses propres peurs, attentes, déceptions. Etre gentil, me semble-t-il, c'est aussi savoir pardonner, et être content d'aider quand on le peut. C'est ne pas prendre ombrage du fait que la personne en face ne réagit pas comme on l'attendait et ne pas l'estampiller "conne" juste parce qu'elle n'est pas aussi réceptive qu'espéré.

     

    C'est à la fois simple et compliqué, parce que ça implique, me semble-t-il, de s'aimer soi-même d'abord, de se respecter, et c'est en ça aussi, je pense, que la gentillesse n'est pas un défaut. Dire qu'on a été "trop gentil" et que du coup on s'est fait exploiter, c'est confondre: on n'a pas été gentil, on n'a juste pas su mettre ses limites. Ca n'a rien à voir avec de la gentillesse, mais plutôt avec un besoin de plaire, d'être accepté, ou simplement avec un calcul simple "si je fais ça, alors il m'aidera pour ça".

     

    kindness.jpg

     

    J'aimerais dire que la gentillesse est purement désintéressée, mais il y a toujours un intérêt. Je pense qu'on y trouve d'abord un bien-être personnel, une sérénité assez extraordinaire. Et puis parfois, cette petite touche de magie se transmet et fait des émules (perso, j'ai en tête un modèle de gentillesse, une amie de ma mère qui irradiait de bienveillance. Quand je repense à la façon qu'elle avait d'illuminer ce qu'on lui disait, de se réjouir sincèrement, je ne peux que vouloir doublement suivre sa voie). Je trouve qu'il y a aussi quelque chose d'extrêmement réconfortant à l'idée de se dire que notre goutte de gentillesse a peut-être illuminé la journée de quelqu'un, et rien que pour ça, je trouve que ça vaut la peine de continuer.

     

    (La goutte de gentillesse m'a fait penser au morceau de sucre de Mary Poppins, cadeau!)

    Lien permanent Catégories : 3615 Ma vie, Réflexion 1 commentaire