• 31 jours et puis...

    Pin it!

    On dirait bien que ça y est. C'est le dernier jour du défi #31bloggingdays. C'est passé vite, quand on y pense. Des billets égrenés (presque) chaque jour ici, sauf le vendredi, rituellement réservé à la liste de mes bonheurs sur Vendredi les yeux ouverts. Des billets souvent écrits à l'avance, par petits groupes, en fonction de l'inspiration et de la disponibilité du moment.

     

    Je n'ai aucun regret d'avoir dévié des thèmes proposés dans le #31bloggingdays originel. Je m'étais déjà creusé la tête bien fort pour trouver de quoi écrire les quatre ou cinq premiers jours, et je ne peux pas dire que ce soit mes billets préférés. J'ai basculé avec un certain soulagement, voire un soulagement certain, vers les thèmes alternatifs de Cécile. Plus proches de moi, de mes aspirations et de mes intérêts, en fait. En y pensant, les thèmes originels tournaient beaucoup autour de l'apparence, des vêtements, de la beauté. Des choses que j'aime (j'aime être joliment habillée, suivre un peu la mode, toussa), mais qui me sont apparues finalement bien étrangères, et accessoires. C'est dit sans aucun jugement, juste comme un constat: voilà quelque chose que je regarde en fait avec plus que curiosité que ce que je croyais, comme un touriste dans une ville inconnue. C'est une découverte assez agréable, je dois bien avouer.

     

    Je me suis donc tournée vers des thèmes qui me parlent plus. Facile? Moué. J'ai quand même enlevé quelques pelures de l'oignon, j'ai parfois posé la vérité toute nue sur la table, avec mes tripes et mon coeur. C'est ce que je ressens comme juste. Il reste un fond de crainte qu'on me prenne pour une "saisie de la crèche", parce que, vous l'aurez compris si vous avez suivi la plupart des billets depuis le 6 décembre, je suis dans une démarche personnelle qui peut paraître folle ou illuminée vue de l'extérieur: l'Amour. L'amour de soi, des autres, la bienveillance, l'empathie, le bonheur, le développement de soi. Ce sont tous des concepts assez à la mode ces derniers temps mais qui répondent chez moi à une aspiration profonde. Plus j'avance sur ce chemin-là, plus je me (re)trouve. Alors ces craintes, je les mets au fond d'une poche et j'essaie de mettre un mouchoir par dessus.

     

    J'ai aimé écrire ces billets, les partager avec vous, j'ai aimé l'impatience ressentie parfois juste avant leur publication (programmée). La contrainte du thème imposé a du bon, même si parfois les thèmes se touchent et se recoupent avec ce que j'ai déjà pu écrire. Elle laisse en tout cas entrevoir ce que pourrait être de s'astreindre à écrire un peu chaque jour, comme le font souvent les écrivains. L'inspiration vient en écrivant, j'en ai encore eu la preuve cette fois.

     

    Je pense cependant que le rythme d'un billet quotidien est trop soutenu, il y a un côté "surconsommation" qui me chipote un peu :-) A peine le temps de profiter de l'un que le suivant le chasse, ça frustre un peu, quand on y a mis ses tripes. Les stats du blog ont quelque peu gonflé, mais pas de façon spectaculaire, je ne sais pas trop si cet exercice a attiré de nouveaux lecteurs. Je remercie en tout cas les fidèles qui likent et commentent, ça fait plaisir de ne pas parler "dans le vent".

     

    Le rythme ces prochains jours et prochaines semaines va forcément ralentir un peu. Parce qu'il y a ces joyeusetés appelées examens, parce que tous les jours des billets, c'est quand même beaucoup.

     

    N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires, de la façon dont vous avez vécu/suivi ce #31bloggingdays. Je vous souhaite une délicieuse année 2015!

  • Etre solidaire, j'adhère

    Pin it!

    Avant-dernier thème de ce mois bien chargé, "un projet solidaire auquel j'adhère". J'ai évidemment tout de suite pensé à efarmz dont je vous ai déjà souvent parlé. Parce qu'il permet de soutenir des agriculteurs et des producteurs "de chez nous" en se fournissant facilement chez eux, parce que ça met en avant un savoir-faire local.

     

    Je vous ai également parlé d'Oxfam, qu'il n'y a pas vraiment besoin de présenter. Pour Noël encore, je suis allée y faire un tour, pour y trouver de jolis objets artisanaux. Le bonnet en laine d'alpaga et le casse-tête en bois ont fait mouche, je pense, et j'aime l'idée que du coup, faire plaisir ici ait aussi un impact positif pour d'autres, loin de nous.

     

    Mais en cette période de froid, de fêtes et de solitude pour certains, j'avais aussi envie de souligner les initiatives pour aider les plus démunis. Non, pas Viva for Life, sorry mais ça me hérisse le poil. Pour comprendre pourquoi, je vous conseille d'écouter l'interview de Christine Mahy, la secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté.

     

    Non, ce que j'ai envie de saluer, ce sont les initiatives spontanées, comme le Café de l'amitié, à La Louvière, ou les actions de bénévoles sur du plus long terme, comme L'opération Thermos, Les Samaritains, ou encore Doucheflux, qui cherche concrètement à mettre à disposition des démunis des douches et des casiers-consignes et qui propose aussi des activités pour leur redonner confiance en eux.

     

  • Partir main dans la main

    Pin it!

    Diiiiites, on arrive presque au bout de ce challenge d'écriture! Vingt-neuvième jour du #31bloggingdays revisité, et on revient un ptit peu sur les cadeaux reçus à Noël (enfin, c'est comme ça que je comprends "un cadeau qui vous a touché particulièrement", mais on peut peut-être étendre la période... limitons-nous à Noël ^^)

     

    Cette année, j'ai reçu des cadeaux pour cuisiner (un bon couteau opinel multiusage, un zesteur, et une tasse (utile aussi pour les recettes américaines ;-) ), pour me parfumer et me faire belle et une "boîte cadeau".

     

    J'avoue, d'habitude, j'aime pas trop ça, pour la simple et bonne raison que je laisse filer la date de péremption et qu'il s'agit donc souvent de "cadeaux perdus". Mais là, il s'agit d'un bon pour une nuit dans une ville en Belgique, à choisir parmi plein de villes flamandes et quelques coins en Wallonie.

     

    "On dit toujours qu'on va aussi aller visiter notre pays et on le fait jamais", m'a très justement fait remarquer M. Léludemoncoeur, à l'origine de ce cadeau. Le voilà donc qui m'offre deux jours de "nez en l'air" et de (re)découverte du pays. Il n'y a pas tortiller du cul (pardon): ce sera Anvers ou Louvain, mais le choix sera dur, entre les deux. Louvain, ma ville adorée, où j'ai passé une année difficile, certes, mais qui est tellement belle et riche. Anvers, que je retrouve chaque fois avec énormément de plaisir.

     

    Flâner, visiter, prendre le temps de savourer, et partager ça à deux, je pense que oui, c'est un cadeau qui me correspond bien et qui me fait particulièrement plaisir!

  • Du bien à l'âme (bis)

    Pin it!

    J'avais déjà utilisé pas mal de mes cartouches lorsque je vous ai proposé ma playlist il y a une dizaine de jours. Alors aujourd'hui, il n'y aura pas cinq chansons qui consolent ou apaisent, ou donnent envie de cocooner. Non, il y en aura trois, dont deux ne peuvent pas vraiment être qualifiées de "chansons".

     

    La première, c'est l'adagio du concerto pour clarinette en la majeur de Mozart. Découvert grâce à un CD de musiques de film, ce mouvement est devenu mon refuge en cas de vague à l'âme ou de chagrin. Je le trouve tellement majestueux, à la fois apaisant et soulevant, mélancolique et gracieux. Je n'oublie pas non plus qu'il peut être magnifique pour faire son entrée dans l'église le jour de son mariage, comme ma cousine Charlotte a fait, mais pour moi, il reste les 7 minutes les plus consolantes.

     

     

    Le deuxième est l'Agnus Dei de la Messe en Si de Bach, chanté par le contre-ténor allemand Andreas Scholl, que j'ai eu la chance d'entendre "en vrai" il y a quinze ans lors du mariage de Philippe et Mathilde. Cette musique est céleste, vraiment. Je peux l'écouter en boucle sans me lasser, juste pour l'apaisement.

     

     

     

    Enfin, plus pour le côté cocooning sexy, j'aime beaucoup A sorta Fairytale de Tori Amos, qui donne envie de se trémousser langoureusement en susurrant cette magnifique chanson.

     

  • Transmettre la lumière

    Pin it!

    J'ai fait le tour de l'appartement, à la recherche de l'objet de mon intérieur que j'aime particulièrement. J'avoue, c'est encore le chambard, rien n'est fini, la bibliothèque n'est pas encore remplie, il faudrait encore des meubles de ci de là, une graaaaaande garde-robe pour y stocker toutes nos fringues, et encore plein d'autres trucs que j'oublie.

     

    Je pourrais vous parler du vaisselier magnifique trouvé pour trois fois (aux Ptits) rien(s), qui fait l'unanimité moins une voix, celle de M. Léludemoncoeur, qui le trouve moche mais a fini, je crois, par s'y faire, au point qu'il daigne même y ranger ce qui doit y être rangé. Je l'ai acheté, ce vaisselier, dans l'idée de le repeindre, de lui donner un coup de jeune, mais pour le moment il fait son office tranquillement dans sa robe d'origine, et c'est très bien comme ça.

     

    Mais il y a un autre objet que j'adore et qui a trouvé sa place en douceur: la lampe de mon grand-père. Je ne me rappelle pas l'avoir vue chez mes grands-parents quand j'étais petite, mais je suis heureuse qu'elle ait finalement atterri chez moi. Les hipsters la qualifieraient de "vintage", elle fait juste modestement partie de l'histoire de la famille. J'aime ses formes partagées entre la douceur de l'arrondi et une certaine martialité carrée. Elle a pris place sur une petite table à l'apparence vintage mais pourtant très récente et fait un joli éclairage d'appoint le soir.

     

    photo(2).JPG

  • Aimez-vous!

    Pin it!

    Qui dit Noël dit message, et ce nest pas le roi qui me contredira. Je ne vais pas vous la faire "posey" devant un sapin, genre "mes chers compatriotes", non, spas mon genre.

     

    Mais comme on est à Noël (and at Christmas, you tell the truth, eh?), on va parler d'amour (love Actually is all around). En ce 25 décembre, j'ai envie de vous souhaiter de vous aimer. Vous-mêmes. De vous traiter avec douceur, d'avoir le flotteur d'amour perso au bon niveau, ni trop bas, ni trop élevé (parce que bien s'aimer n'empêche pas les remises en question).

     

    Je pense sincèrement que si on s'aimait tous un peu plus, on chercherait un peu moins de crosses aux voisins, on serait bien armés pour être heureux de notre sort ou pour changer ce qui nous déplaît. Je crois aussi que quand on cesse d'être tourmenté par soi-même pour vivre dans une certaine cohabitation harmonieuse, on est mieux à même d'être présent pour les autres, d'être à eux sans s'oublier.

     

    Alors en ce jour spécial, je vous souhaite de tout coeur de vous traiter avec bienveillance, et de passer avec vous-même une très douce année 2015.

    Lien permanent Catégories : 3615 Ma vie, Réflexion 1 commentaire
  • Ce que je souhaite...

    Pin it!

    Aaaaah! la liste de souhaits, un classique de la période de Noël :-) Ces dernières années, j'ai renoué avec la tradition des cartes de voeux, et plusieurs de mes amis aussi. C'est vraiment chouette (même si bizarrement -hum- j'ai renoué avec cette tradition quand j'ai renoué avec les blocus... coïncidence? Je ne crois pas...), ça permet de personnaliser les voeux et les souhaits.

     

    Mais évidemment, il y a des souhaits plus "génériques", ceux que je formule pour tous ceux que j'aime, et pour moi aussi.

     

    Je souhaite:

    ... que ceux que j'aime restent épargnés par les soucis de santé

    ... qu'ils aient des projets moteurs dans lesquels ils s'épanouissent

    ... qu'ils soient aimés, et s'en rendent compte

    ... qu'ils aiment, et le disent

    ... qu'ils passent avec sérénité à travers les éventuels soucis, en sachant que tout est impermanent

    ... qu'ils vivent, intensément

    ... qu'ils rient, s'émerveillent, s'émeuvent, découvrent, apprennent, rencontrent, progressent

    ... qu'ils se rendent compte qu'ils accomplissent de belles choses, même si elles semblent anodines

     

    (à titre personnel et totalement matérialiste, je me souhaite:

    - un collier Olivia Hainaut

    - un sac Lilù

    - un sac Clio Goldbrenner

    - encore plein de jolis bijoux en cuir Colonius)

     

    (je peux, tout ça est belge!)