• Toi aussi, convaincs M. Léludemoncoeur que New York, c'est bien!

    Pin it!

    M. Léludemoncoeur n'aime pas les villes. C'est ce qu'il m'a annoncé tout de go un jour de la semaine dernière. Oh! ce n'était pas vraiment une surprise: il me l'avait déjà dit, que les villes le laissaient relativement froid. Bruxelles, Paris, Londres, du pareil au même, selon lui. (ça va, vous êtes pas évanouis? Je sais, moi aussi, il m'a fallu une lampée d'alcool pour faire passer ça ^^)

     

    Le truc embêtant, c'est que moi, j'aime bien les villes. J'aime les citytrips, humer les gaz d'échappement l'atmosphère, changer de décor. Evidemment, c'est moins exotique d'arpenter les rues de Londres que de bivouaquer en pleine savane, on est d'accord. Mais se retrouver dans un endroit avec un rythme différent, parfois une langue différente (mais bon, ça, c'est pas gagné, on entend parler italien à Londres et français à Rome...), même si on n'a pas toujours l'occasion et le temps de s'immerger dans la culture du lieu, ça reste un sacré plaisir.

     

    Si je vous parle de tout ça, c'est parce que depuis quelques mois, j'ai entrepris un lobbying de moins en moins discret en vue de mon anniversaire-de-trente-ans: cette année, c'est décidé, je ne veux rien sauf un voyage à New York en amoureux! En toute simplicité. Vous voyez arriver le problème, aussi big que l'Apple du même nom: si M. Léludemoncoeur doute déjà de l'intérêt d'une ville en Europe, comment arriver à le convaincre de traverser l'Atlantique pour aller visiter une ville encore plus énorme, "mais-qu'on-a-déjà-vue-mille-fois-à-la-télé-où-est-l'intérêt?"? Comment combattre les "ça reste une ville, quoi!" et autres "Ca ne va pas me transformer, et moi, ce que j'attends d'un voyage, c'est que ça me transforme".

     

    C'est là que j'ai besoin de vous! je vous propose/demande de nous expliquer en quoi "New York is worth it", en quoi ça peut nous transformer, ce qui vous a séduit(e), ce qui nous fera succomber à coup sûr. Et si vous n'y êtes jamais allés mais que vous aimeriez très fort très fort, expliquez-moi quelles sont vos motivations, vos raisons de traverser l'océan.

     

    Après avoir lu ou regardé vos contributions, un innocent (ça tombe bien, c'est lui qu'il faut convaincre, huhu) choisira celle(s) qui l'aura/l'auront le plus convaincu. La meilleure sera publiée sur le blog.

     

    Oui mais keskongagnedautr? Des trucs, certainement, bien que je n'aie pas encore arrêté mon choix sur des choses en particulier. MAIS je suis à Londres en ce moment, avec pour objectif de trouver (aussi) des cadeaux sympas pour agrémenter ce concours.

     

    Akiskesestouvert? A tout le monde! Globe-trotter ou pas, étant déjà allé à New York ou pas, puisque vous pouvez aussi nous expliquer pourquoi vous voulez à tout prix y aller.

     

    Keskondoifair? Un texte, un mix de photos, comme vous voulez. Seul mot d'ordre: tenter de (le) convaincre. Envoyez vos contributions à bonheursdesophie[at]gmail.com.

     

    Juskakanskonparticipe? On dit jusqu'à vendredi prochain? Ca vous laisse donc jusqu'au trois février. Examen des participations pendant le week-end et tirage au sort dans la foulée.

     

    Bonne chance à tous!

     

  • Wish list londonienne

    Pin it!

    Ca fait des mois que je "scratche" le mur chaque jour, ou presque, mais cette fois, j'y suis: demain, à cette heure-ci, je serai en train d'arpenter les rues de Looooondres (et vous, en train de découvrir mon mirrrrrrifique concours, soyez là!!). Comme d'hab quand je pars, je n'ai pas fait de to do and see list, mais j'ai commencé à réfléchir à ce que j'aimerais faire... Well, ok, it looks like a to do and see list (ouééé, zavez vu, bientôt je deviens blogueuse mode et je fais péter mes scores d'audience! :D ). Aloooooors, à Londres je ferais bien:

     

    - un petit tour par le Victoria and Albert Museum

    - une chasse aux cadeaux/trésors pour alimenter mon concours (oui, je sais, trop nul, les cadeaux sont pas encore déterminés)

    - une razzia sur un magasin de Converse pour trouver mes converse mauve (on dit purple, c'est ça? ;-) )

    - un saut jusqu'à Chinatown pour voir les festivités de Nouvel an. Apothéose: dimanche! (vite, avant de rentrer)

    - un test de binge drinking? Mouhahaha, adaptons-nous aux moeurs locales! (faut aussi mettre la mini et se les geler en sandalettes en plein mois de janvier, youpie!)

    - ma paresseuse sur un banc dans un parc, avec un bouquin (ils annoncent du soleil!)

    - un crochet par le magasin de seconde main qui m'avait fourni mes superbes chaussures, en août (coeur)

    - une comédie musicale samedi soir

    - Camden Town, en long et en large (pour cause de rendez-vous manqué en août)

    - la chasse à Sherlock dans sa boule à neige, parce que je me sens toujours orpheline de la boule que j'ai cassée et qu'était trop belle.

     

    Certainement encore mille autres choses, mille autres émerveillements.

     

    En tout cas, mon oyster card est prête! (et vous savez que j'AIME les huîtres ;-) )

     

    IMG_0417.JPG

  • Twitter, connecting people

    Pin it!

    Durant mon blocus (oh merde, je recommence!), Twitter a été une de mes rares fenêtres de socialisation. J'ai bien "soldé" avec mon amie Bab's après un de mes examens ou post-réveillonné au foie gras maison (mmmmh!) avec mes amies Naàlia, Cindy, Lise, Céline (et plus si affinités), le reste du temps, ça a beaucoup été tête-à-tête avec mes cours. How glamourous, n'est-ce pas?

     

    Alors du contact au bout du pouce, d'une simple pression nonchalante sur mon iPhone, vous imaginez bien que ça a fait fureur. Au point, parfois, de faire des "pauses études" entre deux séances de twit frénétique. C'est bien simple: en cinq semaines, j'ai posté plus de 1.000 tweets. Certains jours, pour être sure de bosser vraiment, j'ai même été obligée d'éteindre mon iPhone... Quand je vous le disais, que j'étais mordue!

     

    En fait, j'ai trouvé sur twitter de la solidarité (entre pauv' zétudiants enfermés en blocus), de la compassion (des autres), des encouragements, du lol et encore mille autres choses. Ca a été (quasi) ma seule fenêtre sur l'actu, c'est sur twitter que j'ai annoncé mes résultats en sortant de chaque examen, et les twittos étaient parfois mieux au courant de mon horaire d'examen que M. Léludemoncoeur (véridique!).

     

    Mais Twitter, ce n'est pas chouette qu'en période d'examens. Ca permet d'être en contact, de manière totalement naturelle, avec des gens qui auraient semblé inaccessibles auparavant. On interagit avec des directeurs de rédaction, des chanteuses amatrices de tabasco et de filet de citron, et même avec Monsieur Dictionnaire en personne, Jacques Mercier.

     

    Et ça, c'est le meilleur moyen de faire de vous la déesse des déesses au panthéon de votre mère! (surtout quand il vient commenter sur vot' blog ;-) )

  • La fin de l'hibernation

    Pin it!

    Ca y est, c'est enfin fini! depuis hier, 17h45, je suis en VACANCES! (enfin, jusqu'à dimanche soir, puisque je reprends le boulot par des nuits ;-) )

     

    Rhaaaa, que ça fait du bien, ce sentiment libérateur: celui de ne plus devoir hésiter devant le réveil -4h ou 4h30? mmmmh, j'hésite!-, celui de ne plus stresser au sortir d'une micro-sieste -aaaaaaaaaaaaah! mais j'aurai JAMAIS assez de temps pour tout voir, je suis FICHUE!!-, celui de ne plus culpabiliser d'étudier un cours alors qu'un autre est au moins aussi urgent.

     

    Non, tout cela, c'est FINI (du moins provisoirement). Je ne vous raconte pas comment j'ai dormi presque onze heures, avec réveil vers 09h30 (grasse mat' de la mort comparé aux 4h30/5h de moyenne ces dernières semaines...). Je suis allée chez le coiffeur avec la conscience plus que tranquille, un nouveau bouquin dont je vous parlerai dès que je l'aurai fini, j'ai fait du shopping et réfléchi à tout ce que j'ai envie de faire et d'écrire.

     

    J'ai vraiment cette sensation de fin d'hibernation, vous voyez, quand on sent le printemps arriver, qu'on s'étire pour se débarrasser des restes de sommeil et qu'on sent une furieuse envie de bouger? Voilà, c'est ça. J'ai des projets plein la tête, l'envie et la gniaque de les réaliser.

     

    Merde quoi, on n'a qu'une vie!

     

     

    (et stay tuned, le blog va enfin lui aussi sortir de son hibernation, on ne parlera plus (trop) d'examens, promis, ptêtre même plus trop de cours, et j'ai plein de choses à partager avec vous. Merci, toujours, d'être là, visibles ou pas. Apprendre par voies détournées que vous lisez mon blog, vous n'imaginez pas comment ça me fait plaisir!)

     

  • Des news vite fait

    Pin it!

    Bon, vous l'aurez compris, si je ne parle plus beaucoup, c'est que je suis entrée dans le vif du sujet: les examens...

     

     

     

    On en aurait parlé la semaine dernière (jusqu'à jeudi midi), je vous aurais dit que j'adorais mon attitude pendant ces deuxièmes études: calme, zen, presque organisée. Je me bluffais!

     

     

     

    Et puis est venu le premier examen... Disons-le franchement: l'ambiance survoltée juste avant le premier examen m'a fait l'effet d'un électrochoc, genre "coucou! tu te souviens de cette bonne dose de stress que tu ressentais dans les couloirs de l'auditoire? Eh ben c'est reparti!". Le dernier brin d'insouciance s'est craquelé sur le champ.

     

     

     

    Ah oui! Jusqu'ici, j'ai passé deux examens. Et réussi les deux (je crois).

     

     

     

    Pour alimenter un peu mon cerveau, je bois de l'eau, beaucoup d'eau. J'ai calculé qu'avec M. Léludemoncoeur, on s'est quand même sifflé 9 litres d'eau pétillante CHACUN en une semaine. Oui oui, neuf litres. D'ailleurs, le temps d'écrire et j'en ai terminé une autre...

     

     

     

    Ma collection de Little Balck Dresses s'agrandit (d'ailleurs, maintenant, on peut commencer à parler de collection...). La dernière vient de chez Comptoir des cotonniers, seul magasin où je me suis autorisé une razzia contrôlée (en gros, j'ai acheté juste ce que j'avais repéré depuis des semaines ;-) ).

     

     

    Comptoir.jpg

     

    Allez, j'y retourne, je m'étais autorisé une incursion bloguesque juste le temps du JT, et le JT est déjà fini depuis belle lurette! (vous avez remarqué que je m'autorise beaucoup, ces temps-ci? Ca doit être l'effet "adulte qui redevient étudiant"...)

     

    J'vous bise bien fort et vous dis à bientôt en... euh... pleine forme. (ou pas)